Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

David Orlowski. Consultation ET EN VIDÉO CONFÉRENCE (SKYPE, FACETIME), soirs et fin de semaine également : ☎️ Tél. : 418 255-1713. 📧 Courriel : davidorlowski@hotmail.com

24 Mar

Naturothérapie et Science

Publié par David Orlowski

 

Les médecines douces sont très en vogue, cependant il serait judicieux de soulever plusieurs questions pertinentes. Qu'est-ce que la naturothérapie ? Qu'entend-t-on par naturothérapie ? Est-ce que la naturothérapie relève de la science ? Ancien étudiant et diplômé de la Faculté de Médecine Léonard de Vinci (Bobigny), Sorbonne Université Paris Nord, enseigné à l'approche holistique et humaniste, je vous soumets un article du Professeur Cornillot.

 

Pierre Cornillot est médecin, professeur de médecine et biologiste hospitalier. Il a fondé la faculté de santé, médecine et biologie humaine de Bobigny, dont il a été le doyen de 1968 à 1987. Il a présidé l’université Paris-Nord (1987-1992), puis a créé et dirigé l’IUP Ville et Santé sur le campus de Bobigny (1993-2001). Il est président de l’association Santé internationale. Après s’être investi parallèlement dans des actions d’aide au développement des pays du Sud, il se préoccupe aujourd’hui de la rédaction d’ouvrages sur la santé et la formation médicale, le système de santé et la recherche. Il rédige la chronique "Politique" chez "Votre santé" depuis 1994

 

« L’Ordre des médecins fait montre d’une hypocrisie fabuleuse ». Ancien président de l’Université Paris XIII et doyen honoraire de la faculté de médecine de Bobigny, le Pr Cornillot y dirige le Département de médecines naturelles qu’il a créé il y a dix-huit ans. Il est aussi président de la Fédération médicale française des médecines naturelles.

 

ALTERNATIVE SANTÉ - L’Impatient : Que pensez-vous du retrait de certains médicaments homéopathiques et des attaques répétées contre les médecines non conventionnelles ?

Pr Cornillot : Les lobbies médicaux et pharmaceutiques alimentent une vindicte permanente contre les médecines naturelles. Le système français de mise sur le marché des médicaments leur est soumis : 90 % des experts de l’ancienne Agence du médicament avaient des intérêts personnels dans l’industrie pharmaceutique (L’Agence du médicament a été remplacée en 1999 par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Les commissions de mise sur le marché des médicaments devraient travailler dans une plus grande transparence, mais l’opposition à l’homéopathie reste solide (Ndlr)). Dans la foulée, la Sécurité sociale a systématiquement cherché à dévaloriser des médicaments ou des actes médicaux peu dangereux et peu coûteux, en diminuant ou en supprimant leur remboursement. Ces anomalies ne sont possibles que parce que notre société fonctionne sur un mode pyramidal quasi militaire, où la haute technocratie s’est installée aux commandes : la Sécurité sociale ne fonctionne pas de manière démocratique et ne défend pas les intérêts des patients qui la financent. L’Ordre des médecins fait montre d’une hypocrisie fabuleuse : il a laissé notamment inscrire l’ostéopathie et la chiropraxie dans le Code de la santé publique, parmi les disciplines réservées aux médecins, tout en contestant leur validité scientifique et en refusant l’organisation de leur enseignement.

 

Vous avez créé le diplôme universitaire de médecines naturelles, à Bobigny, en 1982. Quel bilan en tirez-vous ?

Pour que l’expérience puisse s’inscrire dans la durée, nous avons préféré agir avec une prudence de Sioux. Nous avons formé environ 1 500 à 2 000 médecins à ces médecines. Si notre expérience reste unique, d’autres facultés de médecine assurent des formations dans certaines de ces disciplines. Un diplôme interuniversitaire d’acupuncture a été créé en 1989 et un diplôme inter-universitaire de médecine manuelle et d’ostéopathie en 1996. L’enseignement de l’homéopathie se fait dans plusieurs facultés. Mais notre faculté reste la seule à assurer une formation en naturothérapie, discipline qui recherche une vision globale de la santé en prenant en compte le comportement personnel du patient et les facteurs d’environnement. Nous avons en projet la création d’un mini-département de médecine traditionnelle chinoise qui regroupera la formation en acupuncture, destinée aux médecins, une formation en phytothérapie pour les médecins et les pharmaciens et une formation en massages, en Qi gong et bases de l’hygiène chinoise, ouverte à un public plus large.

 

Quelles sont les activités de la Fédération médicale française des médecines naturelles ?

Cette Fédération regroupe plusieurs associations nationales qui représentent plusieurs milliers de médecins. Nous avons choisi de rester entre médecins pour éviter d’être pris dans les polémiques qui opposent ceux qui veulent réserver les médecines naturelles aux médecins et ceux qui veulent les ouvrir. Il y a suffisamment de travail à faire au sein de la profession pour donner à ces médecines la reconnaissance qu’elles méritent et développer les ressources thérapeutiques qu’elles apportent. La Fédération va lancer un projet d’évaluation des médecines naturelles au plan européen. Nous voulons évaluer la fiabilité de leurs diagnostics et la qualité de leurs résultats. Cette recherche se fera avec des universités de plusieurs pays et différentes organisations. Nous avons des contacts en Grande-Bretagne, en Espagne, en Suède, en Allemagne, en Italie, etc. Dans ces pays, nous travaillerons avec des associations qui regroupent des médecins et des non-médecins, lorsque la législation de leurs pays l’autorise. Cette évaluation prendra en compte l’avis des patients.

 

 Propos recueillis par Régis Pluchet

_____________

 

 

David Servran-Schreiber est médecin, neuropsychiatre, diplômé de la Faculté de Médecine de l'Université Laval, il poursuiva ses études de spécialisation en médecine interne et en psychiatrie à l'hôpital Royal Victoria à l'Université McGill de Montréal. Il obtient un doctorat en neurosciences cognitives sous la direction de Herbert Simon, prix Nobel. Il est nommé professeur assistant de psychiatrie à la Faculté de Médecine de Pittsburgh de 1993 à 1996, et dirige la Division de Psychiatrie de l'hôpital Shadyside du centre médical de l'Université de Pittsburgh de 1997 à 2001. Il est également directeur des services de Santé mentale au Centre de médecine intégrative (Center for Integrative Medecine), qu'il a contribué à fonder en 1997, puis qu'il dirige de 2000 à 2002. Il fut aussi chargé d'enseignement à l'Université de Lyon I. Aussi écrivain, il publie l'ouvrage guérir aux Éditions Robert Laffont (2003).

Dans une entrevue au quotidien Le Nouvel Observateur (octobre 2004), il nous parle des médecines douces :

À propos

David Orlowski. Consultation ET EN VIDÉO CONFÉRENCE (SKYPE, FACETIME), soirs et fin de semaine également : ☎️ Tél. : 418 255-1713. 📧 Courriel : davidorlowski@hotmail.com